Belle merveille

| Posted by | Categories: ARTS ET CULTURE, BLOG, DIASPORA

Une belle merveille pour défier la misère

James Noël dit le chaos avec brio

Le Temps, Isabelle Rüff
13 octobre 2017

Sept ans, pendant sept ans, James Noël a retourné dans sa tête, son cœur, ses tripes ce qui était advenu de son pays, Haïti, depuis le 12 janvier 2010, quand un séisme a ravagé l’île, faisant des centaines de milliers de victimes. Le choléra est venu parachever l’œuvre meurtrière du tremblement de terre. Puis, en 2016, l’ouragan Matthew est venu balayer les tentatives de reconstruction. Comment faire de cette accumulation de malheurs une «belle merveille», la tisser dans un récit qui ne soit pas déploration, accusation, gémissements?

L’esprit papillon

James Noël est poète. De nombreux recueils en témoignent, dont le dernier paru est La Migration des murs (Galaade, 2016). Avec sa femme, l’artiste Pascale Monnin, il anime la belle revue IntranQu’îllités. Avec Belle Merveille, il s’aventure dans le roman. «Belle merveille», en Haïti, signale un événement extraordinaire, en bien ou en mal. Bernard, le narrateur, en a vu, de ces merveilles, surtout les catastrophiques. Il n’en peut plus, il se sent «désaccordé» au milieu du «grand bordel du siècle». Il en veut aux dieux du vaudou qui ont déclaré forfait, même Papa Loko, l’esprit papillon, qui aurait dû prévenir le malheur, pap pap pap papillon, pap comme Port-au-Prince sur les billets d’avion.

Casques bleus népalais

Il va s’en aller, Bernard, à la suite de sa belle Amore, l’Italienne qui œuvre depuis longtemps en Haïti. Il la suit jusqu’à Rome, laissant derrière lui le chaos, le déferlement des ONG, les avions par milliers amenant «tout un flot de charognards, plus redoutables que les vautours, les aigles, les laiderons et les chouettes» et toute une volière d’oiseaux «venus en bons sauveurs, avec la mine triste, les larmes faciles» tirer profit de la misère, la revendiquer pour leur compte. Mais il revient pour raconter l’indicible. James Noël morcelle le vécu, donne la parole à ceux qui ont vécu le séisme et ses suites. Il se fait sarcastique face aux bonnes paroles venues d’ailleurs. Il dénonce l’incurie, le choléra amené par ceux-là même qui étaient envoyés pour aider, les Casques bleus népalais.

Histoire d’amour porteuse d’espoir

Le récit avance par saccades, par répliques – petites scènes haletantes, poèmes en prose, cris de colère, dérision, lyrisme. Au centre de ce tourbillon fleurit une histoire d’amour, joyeusement sensuelle, porteuse d’espoir, qui émane assez d’énergie pour secouer le marasme, évincer les charognards, reprendre son destin en main. C’est ce que dit ce roman juvénile, poétique, jaillissant de belles merveilles, parfois obscur à force de lyrisme et de ruptures, toujours généreux.

James Noël, «Belle Merveille», Éditions Zulma, 150 p.

 

https://www.letemps.ch/culture/2017/10/13/une-belle-merveille-defier-misere?utm_source=twitter&utm_medium=share&utm_campaign=article